NP30179

Promoteur

Roche

Phase

Phase I

NCT

Lien vers la fiche

Indication

Lymphome B en rechute / réfractaire

Description

Patients atteints d’un lymphome non hodgkinien à cellules B (LDGCB / LF transformé (syndrome de Richter transformé ne sont pas considérés comme éligibles) ; LF de grade 1-3a.

Etude de phase I, multicentrique, en ouvert, destinée à évaluer la sécurité d’emploi, la tolérance et la pharmacocinétique de doses croissantes de RO7082859, administrées après une dose fixe unique d’obinutuzumab (Gazyvaro®) chez des patients atteints d’un lymphome non hodgkinien à cellules B en rechute / réfractaire.

Participation à la Partie III, cohortes d’extension de dose : RO7082859 administré à la dose recommandée en Partie II (RP2D) après un pré-traitement par une dose unique d’obinutuzumab.

Principaux critères d’inclusion

1. Le patient doit être désireux et capable de respecter l’hospitalisation exigée par le protocole pour l’administration de la première dose de RO7082859.

2. Age > 18 ans.

3. Le patient doit présenter au moins une lésion cible mesurable (> 1,5 cm) dans sa plus grande dimension par CT-scan [TDM].

3. Existence d’échantillons de tissu tumoral archivés (blocs fixés dans le formol et inclus en paraffine [formalin fixed, paraffin embedded, FFPE] de préférence : si non disponibles, lames acceptées).

Une biopsie (fraîchement réalisée) obtenue à tout moment entre l’administration de la dernière dose du dernier traitement anticancéreux et le prétraitement par une dose unique d’obinutuzumab (Jour -7) est acceptable.

4. Indice de performance ECOG de 0 ou 1.

5. Fonctions organiques adéquates confirmées, telles que définies : Nombre absolu de neutrophiles ≥ 1,5 x 109/L ; Numération plaquettaire ≥ 75 000/µl (sans transfusion dans les 14 jours avant l’administration du produit); Hémoglobine ≥ 10 g/dL ; Clairance de la créatinine ≥ 50 ml/min selon la formule de Cockcroft et Gault ; Taux d’aspartate aminotransférase (ASAT) et d’alanine aminotransférase (ALAT) < 3 fois la limite normale supérieure (LNS) ; Taux de bilirubine totale < 1.5 x LNS (sauf atteinte hépatique du lymphome).

6. Résultats négatifs de la sérologie ou de la PCR à la recherche d’une infection aiguë ou chronique par le VHB. Et résultats négatifs aux tests de dépistage du virus de l’hépatite C (VHC) et du VIH. Note : Les patients qui sont positifs pour l’anticorps anti-VHC doivent être négatifs pour le VHC par PCR pour être éligibles à l’étude.

Principaux critères d’exclusion

1. Patients atteints d’une LLC.

2. Patients présentant une infection aiguë bactérienne, virale ou fongique à la sélection, avant C1 J-7, confirmée par une hémoculture positive au cours des 72 heures précédant la perfusion d’obinutuzumab.

3. Traitement antérieur par agents immunothérapeutiques systémiques, y compris, mais sans s’y limiter, radio-immunoconjugués, traitements conjugués à des anticorps, immunocytokines et anticorps monoclonaux (par ex, anti-CTLA4, anti-PD1 et anti-PDL1) au cours des 4 semaines ou cinq demi-vies du médicament, selon la période la plus courte, avant la perfusion du rétraitement par une dose unique d’obinutuzumab à C1/J-7.

4. Caractère réfractaire documenté à un traitement comprenant l’obinutuzumab.

5. Traitement par radiothérapie standard, tout agent chimiothérapeutique ou traitement par tout autre agent anticancéreux expérimental (défini comme un traitement pour lequel aucune indication n’a actuellement été autorisée par une autorité réglementaire) au cours des 4 semaines précédant la première perfusion d’obinutuzumab.

6. Transplantation antérieure d’organe solide. GCSH allogénique antérieure et GCSH autologue au cours des 100 jours précédant la première perfusion d’obinutuzumab. Antécédent de maladie auto-immune, y compris, mais sans s’y limiter, myasthénie, myosite, hépatite auto-immune, lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde, maladie inflammatoire de l’intestin, thrombose vasculaire associée à un syndrome des antiphospholipides, granulomatose de Wegener, syndrome de Sjögren, syndrome de Guillain-Barré, sclérose en plaques, vascularite ou glomérulonéphrite.

7. Antécédent de réaction allergique ou anaphylactique sévère à un traitement par anticorps monoclonal (ou protéines de fusion liées à un anticorps recombinant).

8. Patient avec un antécédent de leucoencéphalopathie multifocale progressive confirmée (LEMP).

9. Antécédent de lymphome du SNC ou lymphome du SNC actuel.Présence ou antécédent de maladie du SNC, telle que : accident vasculaire cérébral, épilepsie, vascularite du SNC ou maladie neurodégénérative. Les patients avec un antécédent d’accident vasculaire cérébral (AVC) qui n’ont pas présenté d’AVC ou d’accident ischémique transitoire au cours des 2 dernières années et sans déficit neurologique résiduel, selon le jugement del’investigateur, sont autorisés à participer.

10. Maladie cardiovasculaire significative, telle que maladie cardiaque de classe III ou IV selon la NYHA (New York Heart Association), infarctus du myocarde au cours des 6 derniers mois, arythmies instables ou angor instable.

11. Administration d’un vaccin vivant atténué au cours des 4 semaines précédant la perfusion d’obinutuzumab ou nécessité prévisible de l’administration d’un tel vaccin vivant atténué au cours de l’étude. (Note : le vaccin antigrippal doit être administré uniquement pendant la saison de la grippe (environ d’octobre à mars). Les patients ne doivent recevoir de vaccin vivant atténué contre la grippe (par exemple, Flumist®) à aucun moment au cours de la période de traitement de l’étude.

État de l'essai

Ouvert aux inclusions

Site(s)

Henri-Mondor

Investigateur principal

Pr. Corinne HAIOUN corinne.haioun@aphp.fr

Contact(s)

Antoine ALLAIN​ antoine.allain@aphp.fr

Marie-Claude BASSENE marie-claude.bassene@aphp.fr